Randonnée sur le plateau de Sestrière

Des rencontres magnifiques !

Cette randonnée a été la dernière de notre séjour dans le Mercantour. Elle nous avait été conseillée par Alexandra et Patrice, les propriétaires de la chambre d’hôtes. Jusqu’alors on n’avait presque pas croisé d’animaux sur nos randos et ils nous avaient assuré qu’en allant en direction du plateau de Sestrière, on avait des chances d’en voir quelques uns. La météo s’annonçait très bonne, pas un nuage à l’horizon. Nous sommes donc partis par le nord du hameau de Saint Dalmas Le Selvage en direction de la cascade du Piolart. Ça ne dure pas très longtemps, mais les premiers kilomètres sont plutôt raides. Ça permet de s’échauffer les jambes assez rapidement. Mais le jeu en vaut la chandelle car on a très vite une très belle vue sur la vallée du torrent de Sestrière qui se dessine en dessous de nos pieds. La cascade se rapproche petit à petit et on est seul au monde.

Nous sommes enfin arrivés devant cette belle chute d’eau où nous avons eu la chance d’apercevoir un groupe de bouquetins sur le flanc de la montagne. Le moment était magique, on n’a plus bougé pendant un bon moment, on ne parlait même plus. On était juste accroupi, à les bombarder de photos pendant qu’ils se faufilaient avec une facilité déconcertante sur les bords de la falaise. 

Au niveau de la cascade, le parcours de la randonnée continue par un petit sentier en direction de Le Brec puis de Tronciès en longeant les crêtes au dessus du torrent de Sestrière. Les points de vue sur la vallée et le cours d’eau sont magnifiques. Du Piolart au plateau de Sestrière Basse, les cascades sont nombreuses car au mois de mai, il y’a beaucoup d’eau qui s’écoule des sommets. Quelques chalets de montagne et refuges jalonnent aussi le parcours jusqu’au plateau. Comme il n’y a aucune route de ce côté de la vallée, certains chalets sont ravitaillés par le versant opposé à l’aide d’un système de poulies et de treuils. C’est en découvrant de telles choses qu’on se dit que la vie dans de tels endroits en hiver nécessite d’être très organisé.

Profiter du calme sur le plateau.

L’arrivée au plateau de Sestrière (2000 mètres d’altitude) se fait après avoir traversé une petite forêt qui quand il fait chaud, permet de se rafraîchir un peu. Le soleil tape fort en montagne et il ne faut surtout pas oublier la casquette. A cet endroit vous trouverez le refuge de Sestrière entouré d’un parterre de nombreuses petites fleurs multicolores. Le plateau est le point de rencontre de nombreux cours d’eau de montagne et un endroit idéal pour partir à la rencontre des petites bêtes qui plie le chocolat Milka dans le papier d’alu ! En effet, quand on regarde bien, le plateau n’est qu’un dédale de galeries. Vous pouvez voir des marmottes entrer d’un côté, ressortir d’un autre … Nous avons passé un long moment de bonheur à cet endroit à rester à l’affût, à nous contorsionner et à nous cacher pour arriver à prendre ces petits animaux en photo. Très compliqué d’ailleurs parce qu’elles sont petites et courent très vite ! A ce niveau du parcours si vous cherchez sur visorando, plusieurs autres randonnées sont possibles, notamment une en direction du col de la Braïssa. Mais ce parcours étant sur le versant nord de la montagne, la neige tardive de cette année nous a empêché de nous y engager.

Le retour de la randonnée.

Nous avons donc repris la direction de Saint Dalmas Le Selvage en restant sur le versant opposé à celui que nous avions emprunté le matin même, ce qui nous a permis de nous rendre compte du chemin parcouru tout au long de cette randonnée. En suivant les balises 58 à 51 sur le versant nord de la montagne, nous avons rencontré beaucoup de départs de différents parcours aussi bien à pieds qu’en raquettes. La région est vraiment un paradis pour les randonneurs ;o)

Cette randonnée est vraiment sympa. Le dénivelé n’est pas très important, ce qui est très bien vu que les deux jours précédents nous avions beaucoup grimpé ! Néanmoins, ça reste de la randonnée de montagne et il vaut mieux avoir des bonnes chaussures, une casquette et beaucoup d’eau.

Laisser un commentaire

Fermer le menu